• lundi au samedi
  • 8H - 18H
  • 05.56.50.70.50
  • Dimanche & Fériés
  • 9H - 12H

Actualités Toutes les nouvelles

Les Urgences Dentaires

Publié le Fri 19 Feb, 2016 à 13:11 par CDBN
Les Urgences Dentaires

Les urgences dentaires ce sont d'abord les douleurs dentaires qui sont difficilement supportables. Elles doivent être traitées prioritairement, pour permettre au patient de retrouver une vie sociale normale, et nécessitent une consultation en urgence chez le chirurgien dentiste.

Cette douleur peut varier en intensité, en fonction de l'origine de la douleur (tassement alimentaire, carie, infection, traumatisme, avulsion d'une dent...), et être provoquée ou permanente. En fonction du problème le praticien pourra intervenir tout de suite pour soulager le patient ou, si l'infection est trop importante, reporter les soins en mettant au préalable le patient sous antalgiques et antibiotiques. Ceci afin que lors du soin suivant le terrain soit plus sain et que l'anesthésie en soit facilitée.

Certaines urgences nécessitent une grande rapidité d'intervention, comme lors de l'expulsion d'une dent suite à un traumatisme. Si la dent expulsée est conservée correctement (sérum physiologique, salive, lait...) et que l'intervention pour la remettre à lieu dans les heures suivantes, la dent pourra la plupart du temps être sauvée.

L'urgence dentaire peut aussi être une urgence esthétique comme la perte d'une prothèse sur une dent antérieure avant un événement important, ou dans un travail nécessitant du contact avec le public. Dans ce cas le praticien pourra parer provisoirement au problème en fonction de son origine.

Il est difficile, pour un chirurgien dentiste, de pouvoir recevoir toutes les urgences au milieu d'un emploi du temps déja bien chargé. C'est pour cela qu'à tour de role, les praticiens du Centre Dentaire Bordeaux Nord ont des plages de rendez vous spécialement dédiées aux urgences dentaires et orthodontiques. Les patients peuvent ainsi être reçus sans rendez vous 7 jours sur 7.

Depuis son ouverture en 2007, les jours fériés et dimanche, le Centre est toujours ouvert de 09h à 12h pour assurer un service d'urgence, à tous les patients.

Pour nous joindre en urgence appelez le 05.56.50.70.50 , sinon vous pouvez utiliser le formulaire de contact.

Orthodontie Linguale

Publié le Mon 28 Dec, 2015 à 20:02 par CDBN
Orthodontie Linguale

Environ 30% de la patientèle en Orthodontie sont des adultes.

Il faut adapter les appareillages orthodontiques avec une demande de discrétion et de confort. Dans cette optique l'orthodontie linguale répond très bien à cette demande, en croisant:

  • l'efficacité d'un traitement planifié par ordinateur
  • le confort de brackets linguaux réalisés sur mesure pour chaque patient

Vous souhaitez en savoir plus?

Soins dentaires

Publié le Mon 28 Dec, 2015 à 19:54 par CDBN
Soins dentaires

Les soins dentaires consistent à éliminer les tissus dentaires infectés de la dent. Après désinfection de la dent, il faut reconstituer les tissus perdus.

Pour cela on a le choix entre deux techniques : directe ou indirecte.

  • La technique directe, consiste à placer un matériau en phase plastique (c’est-à-dire mou) dans la cavité résiduelle et de l'y faire durcir. Les matériaux que l'on peut utiliser sont : les amalgames, les résines composites, les verres ionomères ainsi que de nombreux matériaux hybrides mélange des précédents. Cette technique a comme avantage d'être rapide, simple et peu onéreuse. Cependant, la pérennité ces traitements est généralement moindre du fait que l'interface entre le matériau et la dent (appelé le joint) est large.
  • La technique indirecte consiste à prendre l'empreinte de la cavité que l'on veut obturer et à la transmettre au laboratoire de prothèse qui va ensuite pouvoir fabriquer une prothèse parfaitement adaptée à la partie manquante de la dent. Les principaux matériaux pouvant être utilisés sont la résine cuite ou la céramique. La pièce issue de cette technique s'appelle un inlay. Quand la cavité est très importante et que des parties entières de dents sont à reconstruire, on les appelle onlay. Cette technique a comme avantage d'être pérenne et satisfaisante esthétiquement.

Source Wikipedia

Implantologie

Publié le Mon 28 Dec, 2015 à 19:52 par CDBN
Implantologie

L’implant dentaire correspond à une racine artificielle en titane destinée à être enfouie dans l’os maxillaire ou mandibulaire qui supportera secondairement un élément prothétique.

Les indications de l’implantologie sont le plus couramment le remplacement de dents absentes.

  • Il peut s’agir de remplacer une seule dent absente sans pour autant être amené à intervenir sur les dents adjacentes, comme cela s’impose pour un bridge classique ;
  • Des implants peuvent aussi servir à remplacer une prothèse amovible par une prothèse fixe.

Des impossibilités existent et doivent être rigoureusement éliminées.

  • Elles peuvent être d’ordre médical : un terrain immuno-déprimé, une affection systémique, des allergies majeures, un traitement médical à risque (anti coagulant par exemple), certaines affections cardiaques (valvulopathies), ou des affections évolutives sont des contre indications absolues.
  • Elles sont parfois d’ordre anatomique : qualité des gencives, densité et structure de l’os, situation des nerfs dentaires inférieurs, volume sinusien.
  • Enfin, elles peuvent relever du patient : incompréhension des implications en matière de suivi, négligence, hygiène insuffisante et motivation faible sont tout aussi rédhibitoires.

Le bilan pré-implantaire passe par un examen clinique et médical et par une phase de radiologie et d’empreintes.

Tout doit donc concourir à assurer un résultat optimal et c’est cette somme d’informations qui permet au praticien de proposer une solution précise, à charge pour le patient d’accorder son " consentement éclairé " plein et total.

Enfin, il faut savoir que les interventions implantaires nécessitent pour le praticien une formation appropriée et pour le patient une discipline rigoureuse.

Techniquement, deux solutions sont actuellement proposées.

  1. La technique " suédoise " en deux temps : les implants sont placés dans l’os " en nourrice " pendant 3 à 6 mois, laissant ainsi la cicatrisation et l’ostéo-intégration se faire. Secondairement, les implants sont découverts, une vis est mise en place : c’est la mise en fonction. Si l’ensemble est stable dans l’os, la prothèse à proprement parler est alors réalisée.
  2. La technique " suisse ". Elle se fait en un temps. Les implants sont mis en place dans l’os mais ne sont pas enfouis sous la gencive, le col de l’implant dépassant. La prothèse pourra être réalisée après le même délai d’ostéo-intégration.

L’implantologie est une science en pleine évolution et des progrès récents ont permis d’offrir toute une gamme d’implants adaptés à des conditions anatomiques " difficiles ". De même, à côté des implants en titane pur, divers alliages sont à l’étude. Parallèlement, l’utilisation des techniques parodontales de régénération tissulaire a permis d’élargir les indications et d’accroître les succès.

En bref

L’implant est une solution parmi d’autres solutions prothétiques avec des avantages et des inconvénients. Il est du ressort du praticien lors de son colloque singulier avec son patient de définir et de proposer la solution la mieux adaptée au cas particulier que représente l’édentation.

Source: Association Dentaire Française

Endodontie

Publié le Mon 28 Dec, 2015 à 19:51 par CDBN
Endodontie

L'endodontie traite de l'intérieur de la dent. Elle consiste dans la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies de la pulpe dentaire et des infections péri-apicales (dans l'os autour des racines).

Le dentiste réalise le traitement endodontique d'une dent lorsque celle-ci ne peut plus être gardée vivante, soit parce qu'elle est déjà nécrosée, soit parce qu'elle risque de le devenir.

Le traitement endodontique consiste à :

  • éliminer ce qui reste de tissus vivants infectés ou potentiellement infectés à l'intérieur de la dent (pulpe dentaire)
  • bien nettoyer l'intérieur de cette dent, par une action mécanique : grattage de la surface intérieure des canaux pulpaires (à l'aide de limes endodontiques manuelles ou mécaniques), associée à une action chimique : irrigation avec de l'hypochlorite de sodium (eau de Javel diluée à 3 %), qui est le désinfectant le plus efficace.
  • mettre en forme la lumière canalaire jusqu'au foramen apical, à l'aide de limes manuelles ou de limes mécanisées afin que la solution d'irrigation pénètre partout.
  • sécher le système canalaire
  • réaliser l'obturation canalaire, le plus souvent à l'aide de gutta-percha chauffée ou froide, liée aux parois dentinaires avec un ciment canalaire (le plus souvent un mélange d'oxyde de zinc et d'idothymol, appelé pâtes de Roy).

Pour cela le dentiste réalise généralement une anesthésie locale, pour que le geste ne soit pas douloureux (la dent, même partiellement nécrosée, restant généralement sensible). Une ouverture adéquate est réalisée au niveau de la face occlusale de la dent, pour accéder à la pulpe camérale et radiculaire.

Ensuite il faudra reconstituer la dent, soit avec une obturation coronaire si cette dent n'est pas trop délabrée, soit par une reconstitution prothétique (couronne) si elle est trop délabrée, afin d'assurer l'étanchéité du traitement et éviter que la racine ne soit recolonisée par les bactéries.

Source Wikipédia

Orthodontie

Publié le Mon 28 Dec, 2015 à 19:49 par CDBN
Orthodontie

L'orthodontie de l'enfant et de l'adulte a pour objectif de restaurer une harmonie esthétique et fonctionnelle, en améliorant le positionnement des dents, mais aussi des maxillaires, ainsi que les rapports entre eux. Contrairement aux idées reçues, 30% de la patientèle en orthodontie est adulte, grace au développement de techniques fiables, discrètes et efficaces.

Principe et indications

Principe : une force importante exercée de manière continue pendant une longue durée sur les dents leur permet de se déplacer, grâce à une apposition et une résorption constante de l'os alvéolaire entourant les racines.

Elle permet ainsi l'optimisation esthétique et fonctionnelle des arcades dentaires et la correction des malocclusions. Elle permet ainsi de favoriser l'esthétique mais aussi les fonctions que sont la mastication, la phonation, la respiration, la déglutition et la croissance. La normalisation des fonctions réflexes doit être la priorité de tout traitement d'orthodontie. Dans les faits, plusieurs philosophies s'opposent (gnathologique versus mécaniste) concernant la place de la rééducation dans le traitement. Il faut aussi mentionner que des dents alignées sont plus faciles à nettoyer, ce qui constitue une forme de prévention contre les caries et la parodontose.

L'orthopédie dento-faciale doit être préférentiellement exercée chez l'individu jeune, mais certains traitements peuvent aussi être proposés aux adultes. Les dents peuvent être déplacées dès l'âge de 4 ans (surtout pour les traitements orthopédiques) jusqu'à un âge avancé (pour la position des dents), les enfants ayant cependant une habituation plus rapide que les adultes. Passée la période de croissance, il n'est plus possible de modifier la taille et la posture des mâchoires, à moins de passer par la chirurgie maxillo-faciale (orthopédie, cf. infra). On notera toutefois que l'orthodontie est depuis quelques années une pratique de plus en plus courante chez les adultes1,2.

Moyens

Ceux-ci exercent des forces :

  • soit sur les bases osseuses (maxillaire et mandibule), il s'agit d'orthopédie dento-faciale (qui ne peut être pratiquée que chez des enfants en période de croissance).
  • soit uniquement sur les dents, il s'agit d'orthodontie (possible à tout âge).

Ces forces variables en intensité et en durée permettent, grâce au mouvement qu'elles induisent sur leur support, la correction des dysmorphoses : malocclusions ou malpositions dentaires. Dans des cas de dysmorphoses sévères, il est parfois nécessaire de recourir conjointement à une intervention de chirurgie maxillo-faciale pour compléter le traitement orthodontique.

Les appareils orthodontiques ont évolué ces vingt dernières années. Le traitement se fait en trois phases :

  1. Orthopédie dento-faciale : pour corriger les bases osseuses ainsi que la relation entre les deux mâchoires. Elle n'est possible que chez l'enfant en croissance et se fait au moyen d'appareils généralement amovibles. Les appareils amovibles restent des appareils de choix dans les traitements nécessitant une phase de rééducation de certaines fonctions (positionnement de langue…) ou d'orthopédie chez l'enfant jeune (correction des décalages des bases osseuses avec ou sans adjonction de traction extra-orale).
  2. Orthodontie : pour corriger la position des dents. Elle est possible à tout âge et se fait au moyen d'appareils fixes. Les appareils fixes encore appelés « multi-attaches », sont collés sur les dents pendant toute la durée du traitement. Ces appareils font appel aux propriétés élastiques et à mémoire de forme de nouveaux alliages issus notamment de la recherche spatiale. L'orthodontie nécessite parfois un appareillage ancré à l'extérieur de la bouche (force extra-orale). Des tractions inter-maxillaires à but orthopédique peuvent être judicieusement associées à des multi-attaches. Ces appareillages multi-attaches, traditionnellement en acier sur la face externe (vestibulaire) de la dent, évoluent pour devenir de plus en plus discrets ; ils existent aujourd'hui en céramique, de la couleur de la dent, ou peuvent être collés sur la face interne de la dent (orthodontie linguale) pour devenir totalement invisible.
  3. Contention : pour maintenir la position correcte des dents et des mâchoires obtenue lors de la première et de la deuxième phase du traitement.

Risques

Les forces exercées doivent être douces et constantes. Des forces trop brusques, pulsions linguales et mouvement de va-et-vient entre autres associées à la physiologie propre au patient peuvent entrainer des problèmes : récessions parodontales, et résorptions radiculaires, (destruction de la racine de la dent), à ne pas confondre avec les rhyzalyzes qui correspondent à la résorption naturelle des dents de lait).

Les attaches collées sur les dents rendent l'hygiène bucco-dentaire plus difficile. Lorsqu'elle est insuffisante, des déminéralisations d'une couleur blanc crayeux (appelées white spots), puis marron suivies d'une cavitation (lésion carieuse, à soigner), apparaissent rapidement. Lors de la dépose, des fragments d'émail peuvent être arrachés (surtout avec les brackets en céramique blanche), la surface dentaire peut rester marquée, poreuse. Avant de débuter tout traitement orthodontique, la cavité buccale doit être saine : les caries ainsi que les problèmes parodontaux doivent être traités3.

Le problème majeur en fin de traitement est le maintien des dents dans leur nouvel emplacement thérapeutique appelé contention. La pose d'appareil spécifique (fils collésplaque de contentionpositionneur) durant une longue durée est la seule manière de conserver une position esthétique optimale des dents.

En présence d'une déglutition salivaire atypique persistante (car non corrigée ou trop tard) et d'une manière générale lorsque l'équilibre musculaire oral dont la langue est le pivot central n'a pas été pris en compte, les dents tendent à revenir sur leur place originelle d'avant le traitement ODF. C'est la récidive orthodontique. Pour éviter un tel échec, le patient peut consulter un orthophoniste qui vérifiera la déglutition et la rééduquera si nécessaire par myothérapie fonctionnelle ("MTF").

Source Wikipedia

La Parodontie

Publié le Mon 28 Dec, 2015 à 19:48 par CDBN
La Parodontie

La parodontie est la partie de la dentisterie qui est spécialisée dans le traitement du parodonte, c'est-à-dire les tissus de soutien de la dent : gencive, tissu osseux, cément et ligament parodontal.

Les maladies parodontales sont dues à des infections bactériennes et parasitaires.

Le parodontiste prévient, diagnostique et traite les gingivites et les parodontites, ainsi que leurs séquelles. Il assure également le remplacement des dents absentes par les techniques de greffes osseuses et de chirurgie implantaire. Il traite aussi les récessions gingivales par les techniques de chirurgie plastique parodontale de recouvrement radiculaire.

Traitements

Il existe plusieurs phases de traitement : un changement comportemental visant à contrôler la plaque dentaire et éliminer les facteurs de risques individuels, une phase de traitement mécanique visant à éliminer la plaque et le tartre non accessible à l'hygiène individuelle du patient, une phase chirurgicale visant à soulever un lambeau sous anesthésie locale afin notamment d'éliminer le tissu inflammatoire et remodeler l'anatomie locale. Une dernière phase de maintenance parodontale permettra de pérenniser les résultats obtenus en matière d'élimination des poches parodontales.

Traitement étiologique

Le traitement étiologique est le premier à être entrepris.

  • Hygiène bucco-dentaire rigoureuse.
    C'est le préalable à tout traitement parodontal. Aucun traitement ne pourra être efficace en l'absence d'une bonne hygiène dentaire.
    L'hygiène dentaire doit être pratiquée quotidiennement (le moment importe peu) et comporte l'usage de brossettes interdentaires, de bâtonnets interdentaires ou de fil interdentaire pour le nettoyage des faces latérales des dents. Ensuite, les dents sont brossées (faces externes et internes) à l'aide d'une brosse à dents. On utilisera de préférence une brosse à dent souple, avec la technique du "rouleau" (de la gencive vers la dent).
  • Détartrage.
    Le tartre est éliminé par le dentiste ou l'hygiéniste dentaire à l'aide d'instruments à ultrasons (détartreur) ou manuels (curettes).
  • Surfaçage radiculaire.
    Le surfaçage radiculaire est, le plus souvent réalisé sous anesthésie locale. Il est réalisé par quadrants ou par sextants.

Traitement curatif = chirurgical

Lorsque la maladie est trop avancée, elle nécessite un traitement plus poussé.

  • Détartrage/surfaçage à ciel ouvert (chirurgie d'assainissement parodontal).
    Le dentiste (ou le parodontologue) réalise un lambeau pour accéder directement à la surface de la racine à traiter. Dans certains cas, des techniques de comblement seront proposées. Il s'agit de regagner de la hauteur d'os, en utilisant des matériaux ostéo-inducteurs.
  • Régénération tissulaire guidée.
    Technique cherchant à régénérer les tissus du parodonte.

Traitement laser

La plupart des lasers, quel que soit leur type, permettent de désinfecter les poches parodontales. Les lasers ont également un effet de biostimulation sur les tissus.

Traitement symptomatique

Le traitement symptomatique consiste à traiter les signes visibles de la maladie. Il est utilisé soit en complément du traitement étiologique, soit pour atténuer les signes résiduels à la fin du traitement symptomatique, en particulier les mobilités dentaires.

Traitement médical

Le traitement médical consiste à éliminer l'infection et débarrasser la gencive des bactéries et des parasites pathogènes qui pullulent avec l'inflammation dans le sillon gingival. Le diagnostic se fait à partir d'un examen de la plaque dentaire à l'aide du microscope à contraste de phase chez votre dentiste. Puis éviter la ré-infection, souvent d'une personne à l'autre par contact direct1,2.

Thérapeutique parodontale de soutien

Lorsqu'à la réévaluation des traitements mécaniques et chirurgicaux les objectifs de traitement ont été atteints — élimination des poches parodontales, gain d'attache, etc. — une thérapeutique de soutien individuelle est assurée par le chirurgien-dentiste ou l'hygiéniste afin de contrôler l'absence de récidive et de gérer celles-ci.

Cette thérapeutique consiste à réaliser un sondage des sites vulnérables et un détartrage tous les trois à six mois.

Source: Wikipédia